Les évènements de la catégorie Peinturehttp://www.20h59.com/RSS/cat/14Découvrez les 10 prochains évènements de la catégorie PeintureThu, 05 May 2016 03:03:53 +0200Les évènements de la catégorie Peinturehttp://www.20h59.com/_design/img/default/no-image-100x100.gifhttp://www.20h59.com/RSS/cat/14<![CDATA[Carrée des Arts / Didier Goguilly + Amandine Facquer]]>http://www.20h59.com/evenement/didier-goguilly-amandine-facquer-carree-des-arts-maison-carree-de-nay-nay-bourdettes-avril-2016,653256http://www.20h59.com/evenement/didier-goguilly-amandine-facquer-carree-des-arts-maison-carree-de-nay-nay-bourdettes-avril-2016,653256Tue, 15 Mar 2016 12:18:19 +0100

Du 09/04/2016 au 07/05/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Maison carree de nay - NAY BOURDETTES (64800)

Dans le cadre de Festiv’Arts 2016, deux artistes de la région à découvrir : Didier Goguilly Berges au fil de l’eau, le Doubs Amandine Facquer, Chemins intérieurs ]]>
<![CDATA[Ouverture de la Galerie Anne-Sarah Bénichou / Florin Stefan, Julien Discrit, Valérie Mréjen, Chourouk Hriech, Seton Smith ]]>http://www.20h59.com/evenement/florin-stefan-julien-discrit-valerie-mrejen-chourouk-hriech-seton-smith-ouverture-de-la-galerie-anne-sarah-benichou-45-rue-chapon-paris-03-mars-2016,652452http://www.20h59.com/evenement/florin-stefan-julien-discrit-valerie-mrejen-chourouk-hriech-seton-smith-ouverture-de-la-galerie-anne-sarah-benichou-45-rue-chapon-paris-03-mars-2016,652452Mon, 07 Mar 2016 12:51:22 +0100

Du 24/03/2016 au 07/05/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Perrin Michèle - PARIS 03 (75003)

Un nouveau lieu pour l’art contemporain dans le marais Ouvrir sa galerie est pour Anne-Sarah Bénichou une « évidence », tout comme elle a fait le choix de l’art, il y a déjà quelques années. L’art, comme le rire, nous dit-elle, « permet de mettre de la distance sur le monde et de l’appréhender d’une façon plus riche. Cela peut paraitre une utopie mais il me semble que dans le monde qui est le notre, la culture et la création artistiques sont encore capables d’enrichir notre vision du réel, voire même de l’améliorer ». Anne-Sarah Bénichou revendique les spécificités de son parcours comme le socle qui a forgé le regard qu’elle porte aujourd’hui sur l’art contemporain : une formation littéraire, en classes préparatoires puis à la Sorbonne, ainsi qu’une spécialisation en Histoire de l’art sur le 18e siècle français. « L’écriture est une porte d’accès vers la peinture et inversement. De même, à mon sens il est plus aisé de comprendre l’art contemporain en connaissant ce qui l’a précédé ». Forte de cette vision qui aime à faire dialoguer les époques et les formes d’art, puis de plusieurs années d’expérience en maisons de vente et en galeries, notamment 5 ans au sein de la Galerie Natalie Seroussi, elle décide en 2014 de se lancer. Elle fait alors ses premiers pas de galeriste en s’associant à l’agence Sisso afin de défendre de jeunes artistes émergents. Cette aventure constitue un trait d’union entre son travail au service d’une grande galerie d’art moderne et sa décision d’ouvrir aujourd’hui, et de façon autonome, un nouveau lieu pour l'art contemporain. Le 24 mars 2016, elle ouvrira sa galerie au coeur du marais, 45 rue Chapon. Dès lors elle assume pleinement ses choix artistiques, qui sont guidés par son expérience, sa connaissance de l’histoire de l’art, tout autant que ses coups de coeur, avec une sélection d’artistes français ou étrangers, jeunes ou moins jeunes. C’est ainsi que des personnalités de l’art contemporain telles que Seton Smith ou Valérie Mréjen ont choisi de lui faire confiance et d’exposer dans ce contexte porteur d’une nouvelle dynamique. De nombreux projets sont d’ores et déjà en cours : Anne-Sarah Bénichou a décidé d’accompagner Chourouk Hriech en produisant une installation pour les dix ans de Drawing Now, de promouvoir l’artiste Julien Discrit, actuellement présent dans l’exposition Sublime au Centre Pompidou Metz, avec une exposition personnelle en mai prochain, ou encore de donner carte blanche à Valérie Mréjen pour une exposition au mois de novembre avec un dialogue entre littérature et arts plastiques. Les projets ne manquent pas. Et ce n’est que le début ! La jeune galeriste a également fait le choix de laisser la parole à plusieurs spécialistes de l’art contemporain, qui accompagnent ses initiatives et amènent un regard circonstancié sur le travail de ses artistes. En mars, c’est Ami Barak qui ouvre le bal avec un peintre de l’école roumaine de Cluj, Florin Stefan. Les artistes de la galerie Florin Stefan - Exposition du 25 Mars au 07 Mai 2016 - Vernissage le 24 Mars à 18h Florin Stefan est un artiste roumain qui vit et travaille à Cluj, capitale artistique de la Roumanie. Il retranscrit ses émotions à travers une peinture figurative et narrative. Son art est l'expression intime de la sensation, un corps-à-corps avec la couleur mais aussi la complexité de sa sensibilité. Ses oeuvres constituent un dialogue avec la peinture et avec lui-même par le biais de scènes d'intérieur et de genre, de portraits, de nus, de paysages. Julien Discrit - Exposition personnelle en Mai-Juin 2016 La géographie, en tant que tentative pour « décrire le monde » constitue pour Julien Discrit, artiste plasticien français, une source importante de réflexion. Ses oeuvres évoquent des espaces aussi bien physiques qu’imaginaires, et cherchent à installer une tension dialectique entre le visible et ce qui reste dissimulé. L’expérience du temps, au travers du parcours et du récit est également essentielle dans sa pratique qui se déploie de l’installation à la performance, de la photographie à la vidéo. Valérie Mréjen - Exposition personnelle en Novembre - Décembre 2016 Plasticienne, photographe, écrivain, Valérie Mréjen multiplie les moyens d'expression pour mieux explorer les possibilités du langage. Ses vidéos sont souvent inspirées de souvenirs, d'événements quotidiens, de détails cruels et burlesques de l'existence, de lieux communs, de malentendus... Elle y mélange divers types de récits rapportés ou vécus qu'elle réécrit et réarrange, avant de les mettre en scène. Chourouk Hriech - Exposition personnelle au printemps 2017 Chourouk Hriech pratique le dessin, exclusivement en noir et blanc, comme une promenade dans l’espace et le temps. Ses oeuvres, sur le papier, sur les murs, sur les objets qui nous entourent, appellent à la contemplation d’architectures anciennes et récentes, réelles et imaginaires, de personnages, d’animaux, de végétaux et de chimères. Ses dessins articulent et entrechoquent des motifs urbains, du quotidien, en suivant sereinement la course folle du monde, comme un désir de résistance et d’utopie. Seton Smith Seton Smith est une photographe américaine, issue d’une famille d’artistes de renommée internationale. Elle utilise des objets du quotidien, des éléments d’architecture, souvent difficiles à déchiffrer, pour proposer une vision de l’entre-deux, ouverte à un large éventail d’interprétations qui fait appel à la mémoire individuelle de chaque spectateur. Elle vit et travaille aujourd’hui entre Paris et New York ]]>
<![CDATA[Carole Carpier, Exposition au Musée Matra / Carole Carpier]]>http://www.20h59.com/evenement/carole-carpier-carole-carpier-exposition-au-musee-matra-musee-matra-romorantin-lanthenay-mai-2016,638296http://www.20h59.com/evenement/carole-carpier-carole-carpier-exposition-au-musee-matra-musee-matra-romorantin-lanthenay-mai-2016,638296Mon, 26 Oct 2015 19:05:25 +0100

Du 02/05/2016 au 10/05/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Musée Matra - ROMORANTIN LANTHENAY (41200)

Carole Carpier poursuit à travers son oeuvre une sorte d'inventaire du paysage et de l'espace, Ses paysages sont élaborés à partir de souvenirs, de sensations de territoires traversés. Ils sont de nulle part ou de toujours. Ils ne renvoient pas à des espaces nommables ou identifiables. Ils représentent comme un fragment du monde, mais constitués de strates et de regards multipliés. Ses peintures ont été exposées en Europe, aux Etats-Unis, en Russie, et plus récemment au Japon.]]>
<![CDATA[Mediagenic : une relation franco-allemande, 2015]]>http://www.20h59.com/evenement/mediagenic-une-relation-franco-allemande-2015-mediagenic-une-relation-franco-allemande-2015-galerie-anne-barrault-paris-03-avril-2016,653258http://www.20h59.com/evenement/mediagenic-une-relation-franco-allemande-2015-mediagenic-une-relation-franco-allemande-2015-galerie-anne-barrault-paris-03-avril-2016,653258Tue, 15 Mar 2016 13:34:55 +0100

Du 09/04/2016 au 14/05/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Galerie Anne Barrault - PARIS 03 (75003)

sur une proposition de Florent Tosin Depuis 2006, Olivier Menanteau élabore des projets appelés «Mediagenic», qui posent un regard sur des transactions de la vie politique. L'artiste capture les images de ceux qui nous gouvernent. Pour ce faire, il s'immisce dans le cœur battant de l'exercice du pouvoir en se mêlant à la foule des journalistes qui retransmettent quotidiennement le vaste spectacle politique et diplomatique. Olivier Menanteau s'attarde avec minutie sur le langage corporel des acteurs de la vie publique. Il leur applique, selon ses termes, des « méthodes liées à l'observation participante ». Il s'implique ainsi corps et âme dans l'analyse des mouvements et des gestuelles des sujets observés. Ces œuvres fournissent une réflexion sur la complexité du corps, envisagé comme un espace dual, celui du langage, mais aussi celui de la culture. En 2015, Olivier Menanteau est le correspondant berlinois de l'agence JBVnews. Pendant 6 mois, il vécut au rythme de la vie politique allemande en s'attachant tout particulièrement à rendre compte des moments de rencontre entre Angela Merkel et François Hollande, entre la scène politique allemande et celle française. Entretien entre Florent Tosin et Olivier Menanteau , décembre 2015 Florent Tosin : Ton travail est très prolifique, quel but poursuis-tu avec cette profusion d'image? Olivier Menanteau : Prolifique voire infinie, car comment rendre-compte et faire image, autrement, des relations sociales.Ce qui m'intéresse c'est ce qu'un individu développe dans le monde social, ce qu'il intègre de la société en lui-même, en son corps. C'est ce qu'Aristote appelle l'Hexis corporelle et Bourdieu, l'Habitus. Il s'agit de ce qui va être partagé avec l'entourage par des relations d'autorité, de subordination ou de réversibilité. Face à cette infinitude de possibilités, j'ai posé les fondements d'un protocole qui me permet de saisir ces relations en images. Chaque image obéit à ce même protocole, et contient donc, en un sens, toutes les images. Le protocole en question procède selon trois niveaux. Tout d'abord, il mobilise le choix d'un terrain et d'une véritable « immersion », installée dans un temps long. Il se base sur l'emploi d'une caméra grand format de type chambre photographique pour réaliser les prises de vues, car elle renvoie à un espace projectif permettant à l'observateur et à l'observé d'avoir un rapport en dehors du simple fait d'être là. Ce rapport crée une relation imaginaire et culturelle autour de cette « boîte noire » dans laquelle il se passe quelque chose et où chacun peut se penser être à un moment donné. Le troisième point c'est la construction, via la circulation et l'exposition des images, d'une relation avec l'intéressé, le groupe, le monde extérieur. Cela va de la contemplation de sa propre image reproduite, ou en circulation sur internet, à la construction d'un autre lieu du social pour le spectateur extérieur : l'exposition. F.T : Et plus simplement, qu'est-ce qu'il nous est montré ? O.M : Plus simplement, disons alors que chaque image est une fiction des rapports que j'entretiens avec le monde. Le but n'est pas de montrer la réalité, mais plutôt comment l'observateur, avec son idéologie, son histoire, et ses a prioris va rencontrer un espace-temps qui n'est pas le sien, mais qui est dans le-les corps des autres. Cette rencontre est le but de la photographie. F.T : Donc il n'y pas de photographie sans « photographe »... O.M : Bien sûr, c'est comme aller danser avec des « sauvages » pour rentrer en relation avec eux, il faut trouver un langage commun afin de faire une image. La photographie est l'objectivation de cette rencontre. F.T : Comment concevoir un tel travail face a un pouvoir politique rompu à la représentation de soi ? O.M : Tout simplement, sans renoncer à ma méthode de travail, et en posant un dispositif m'intégrant dans le spectacle de la politique. C'est le cas pour le travail sur le monde politique français avec le journal La Marseillaise* et pour le travail à Berlin avec l'agence JBVnews**. Dans ces deux projets, j'ai pu intégrer le monde politique grâce à leurs accréditations, mais aussi en me faisant, (ou tentant de me faire) considérer par les acteurs de ce spectacle, comme parti prenant de celui-ci, comme un confrère. F.T : Pourquoi le choix du noir et blanc pour documenter le monde politique français et de la couleur pour l´Allemagne O. M : Tout d'abord, le choix du N/B pour la France, est lié à la nécessité de développer les négatifs, et d'envoyer des images à la rédaction de La Marseillaise avant le bouclage du journal chaque soir. Je réalisai donc tout moi-même, à la maison. Mais je me suis aussi rendu compte, que les ors et le pourpre des Palais de la République sont si prégnants qu'ils occultent, sur les images, la place des corps des « acteurs ». Aujourd'hui, le monde politique français vit et pense dans un décor si riche et si encombré visuellement par l'Histoire que l'on appelle encore l'Assemblée Nationale : le Palais Bourbon ! F.T : Quand on voit tes photographies on a l'impression de sentir et de toucher ces grands fauves politiques, mais tu n'arrives pas à exprimer verbalement les choses aussi simplement que le font le rendu de tes images... O.M : Oui, et d'ailleurs c'est pour cela que je fais de la photographie... J'ai beaucoup de mal à « critiquer » les personnes que je photographie. C'est toujours le constat de la réversibilité des positions, auquel m'entraine le travail de terrain, qui me renvoie dans l'espace du photographié. F.T : Le choix du N/B et de la couleur pour l'Allemagne ne nous renvoie-t-il pas à une discussion sur ce passage au XXIème siècle que l'Allemagne semble avoir réalisé, et pas la France? Et, d'ailleurs, tu te réfères à Erich Salomon pour ce travail et tu utilises le N/B uniquement pour documenter le monde politique français ? O.M : Je pense que ce que Salomon a voulu montrer et ce qui me touche dans ses photographies, c'est qu'elles montrent un passage : la fin d'une époque avec l'impuissance de la Société des Nations, et les tractations qui n'aboutiront qu'à l'arrivée du National Socialisme. En Allemagne, il y a eu la reconstruction, l'autocritique, la république de Bonn et, aujourd'hui, cette nouvelle capitale du pouvoir à Berlin. La référence à Salomon n'est pas présente plastiquement, les lieux sont devenus « modernes » et même post-modernes, comme l'illustre le Bundestag. J'ai constaté que la classe politique, elle aussi, représentait la société civile. Ce n'est pas le cas en France, et la fin de la République de Weimar nous rappelle plutôt ce qui est en train d'arriver ici, avec la montée d'une extrême-droite, dans une Vème République à bout de souffle. F.T : Quel est ton rapport au réel spectacularisé alimenté par les médias en général ? O.M : En fait, il n'y a pas de différence entre un hôpital psychiatrique, une usine d'automobiles et la vie au Sénat. C'est le sens de mon travail, il y a des relations qui se nouent, elles sont parfois plus compliquées, mais il y des règles de vie partout ! Il n'y a pas de in, pas de off, pas de coulisses du pouvoir, mais, partout il y a un pouvoir à l'œuvre... F.T : Oui, mais il y a en face des reporters qui cherche le moment historique... O.M : Oui, bien-sûr, les hommes politiques sont aujourd'hui sous le regard permanent de reporters en quête de l'anecdote qui va faire vendre. Là est la différence. Le réel spectacularisé, c'est simplement la rencontre entre une vue obtenue dans le viseur téléobjectif d'un médium numérique et un rapport marchand. C'est ce qui donne cette spectacularité. Changer de médium annihile cet échange, il déplace le point de vue, non seulement de l'opérateur, mais aussi du spectateur. F.T : Olivier après les deux expositions que nous avons organisées ensemble à Berlin : l'une, relative aux Nations Unies et au gouvernement lituanien abordait les effets de la mondialisation et de l'Histoire ; et la seconde, sur la mort de Norodom Sihanouk, traitait quant à elle le post-colonialisme. Avec le projet Franco-Allemand, peut-on dire que tu reviens à un sujet qui aborde les notions de territoire ? O.M : Après 10 ans en Allemagne, revenir en France c'est retrouver un rapport précis voire immédiat, à la langue, à ses sous-entendus culturels, et bien sûr à son territoire. Photographier le monde politique allemand, c'est être dans une culture partagée –de part mon histoire familiale- mais surtout c'est être dans une culture d'images, de souvenirs, de films, de photographies, liées, donc, au territoire. Je pars alors, dans ces deux cas, avec plus de « préjugés » qu'au Brésil ou en Lituanie. Concernant la France et l'Allemagne, je voulais aussi m'inclure et partager de manière plus forte les relations avec les autres et apprendre, ou plutôt imiter, la langue de référence visuelle qui le traverse, à savoir la langue du reporter. C'est ma connaissance du terrain (du territoire ?) qui m'a permis d'organiser ce rapport avec un journal et une agence. *Cf. Mediagenic - La Marseillaise, une commande publique du CNAP - Centre national des arts Plastiques **Ce projet a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques qui lui a apporté son soutien. Il a été réalisé avec l'aide de la DRAC Île-de-France, le Ministère de la culture et de la communication et avec le concours de Jean-Bernard Vernier, de l'agence JBV news et du Centre photographique d'Île-de-France. DATES Du mardi au samedi, du 9 avril au 14 mai, de 11 h à 19 h INFOS / RESA Vernissage le samedi 9 avril de 18 heures à 20 heures.]]>
<![CDATA[Véra MOLNAR ● exposition personnelle d’œuvres récentes ● hommage à Claude Monet]]>http://www.20h59.com/evenement/vera-molnar-●-exposition-personnelle-d’œuvres-recentes-●-hommage-a-claude-monet-vera-molnar-●-exposition-personnelle-d’œuvres-recentes-●-hommage-a-claude-monet-oniris-rennes-mars-2016,649442http://www.20h59.com/evenement/vera-molnar-●-exposition-personnelle-d’œuvres-recentes-●-hommage-a-claude-monet-vera-molnar-●-exposition-personnelle-d’œuvres-recentes-●-hommage-a-claude-monet-oniris-rennes-mars-2016,649442Fri, 05 Feb 2016 09:37:24 +0100

Du 11/03/2016 au 14/05/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

ONIRIS - RENNES (35000)

VERA MOLNAR peut être présentée comme un peintre géométrique : les éléments de base de son travail sont parmi les plus simples, les plus élémentaires : la ligne, le carré, le blanc, le noir, parfois des gris, des rouges, des bleus… A l'exploration de ces formes, elle a consacré des dizaines d'années ; et elle continue aujourd'hui. La représentation de la nature ne l'a jamais intéressée, et, quand elle cherche à expliquer les véritables raisons de son choix de travailler sur ces seules formes, c'est, dit-elle, que « la simplicité de ces formes l'émeut encore et toujours ». VERA MOLNAR est d'origine hongroise, mais elle vit à Paris depuis 1947. Elle est donc française et peintre abstraite, de la tendance qui appartient à l'art constructif, dans son acception la plus conséquente, la plus radicale qui soit : celle de l'art systématique dans lequel elle est engagée depuis 1950. Elle a participé à tous les débats qui ont animé la naissance de l'art cinétique et permis la création de La Nouvelle Tendance et est devenue à partir de 1968 l'une des pionnières de l'utilisation de l'ordinateur dans la création artistique. Son art, conduit de façon expérimentale, porte sur la forme, sa transformation, son déplacement, sa perception. Son travail s'accompagne d'une intense réflexion théorique sur les moyens de la création et les mécanismes de la vision. Il a son origine chez Mondrian, Malevitch et les Concrets zurichois et trouve de nombreuses correspondances dans tous les travaux conduits en rapport avec les sciences exactes et les mathématiques en particulier. Le travail, qui, chez d'autres, pourrait être systématique voire "machinique", a en réalité pour but de faire surgir l'imprévu, la liberté, l'imaginaire. Les lignes, par exemple, deviennent « extravagantes », comme nous le précisent d'ailleurs les titres de certains tableaux. « L'œuvre picturale est avant tout sensible, elle s'adresse à l'œil. C'est pour l'œil humain que je veux faire des images. L'art de la peinture commence sur la rétine, d'abord celle du peintre, ensuite celle du spectateur…. L'art doit être humain, c'est-à-dire conforme à la nature humaine ». (VM) __________________________________________ Infos sur le site http://www.galerie-oniris.fr/actus/expositions/vera-molnar-2016/ __________________________________________ Exposition du vendredi 11 mars au samedi 14 mai 2016 Vernissage ouvert à tous le vendredi 11 mars à 18h en présence de l'artiste. DATES Du mardi au samedi, du 11 mars au 14 mai, de 14 h à 18 h 30 Le vendredi, du 11 mars au 14 mai, de 10 h à 12 h INFOS / RESA Galerie ONIRIS ● 38 rue d'Antrain ● 35700 Rennes La galerie est ouverte à tous ● du mardi au samedi ● de 14h à 18h30 ● également le vendredi de 10h à midi ● rendez-vous collectionneurs possibles en matinée ou le lundi ● contact info au 02 99 36 46 06]]>
<![CDATA[Carole Carpier, Exposition Bourges / Carole Carpier]]>http://www.20h59.com/evenement/carole-carpier-carole-carpier-exposition-bourges-palais-d-auron-bourges-mai-2016,645350http://www.20h59.com/evenement/carole-carpier-carole-carpier-exposition-bourges-palais-d-auron-bourges-mai-2016,645350Tue, 29 Dec 2015 12:18:14 +0100

Du 14/05/2016 au 22/05/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Palais d'Auron - BOURGES (18000)

L'oeuvre récente de l'artiste Carole Carpier nous entraîne dans l'immensité d'espaces à la fois aériens et profonds. Elle nous dévoile aujourd'hui une nouvelle facette de son oeuvre ou plutôt la suite de cette quête qu'elle poursuit avec passion et exigence. La couleur s'éclipse pour faire place à la blancheur. Ici la blancheur laisse déferler l'immensité et son mystère. Au-delà des couleurs, dans le frémissement d'infimes reliefs, de légères rugosités à peine ombrées, le spectateur découvre pas à pas des versants muets, cachés et pourtant essentiels. Entrée libre]]>
<![CDATA[Exposition La Palette Outreloise / Palette Outreloise]]>http://www.20h59.com/evenement/palette-outreloise-exposition-la-palette-outreloise-salons-des-jardins-de-la-baie-saint-jean-wimereux-mai-2016,652905http://www.20h59.com/evenement/palette-outreloise-exposition-la-palette-outreloise-salons-des-jardins-de-la-baie-saint-jean-wimereux-mai-2016,652905Fri, 11 Mar 2016 11:56:30 +0100

Du 21/05/2016 au 26/05/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Salons des Jardins de la Baie Saint Jean - WIMEREUX (62930)

Organisée par la Ville de Wimereux en partenariat avec « La Palette Outreloise ». Plaisir de peindre, plaisir de partager cette passion avec d’autres personnes, qu’elles soient elles-mêmes artistes ou simplement curieuses de belles choses. C’est ce que les membres de l’Association feront dans les Salons de la Baie Saint-Jean de Wimereux, lors de l’exposition consacrée à leurs travaux. Peinture à l’huile, acrylique, pastel, aquarelle, sable, sculpture… autant de techniques et de savoir-faire que les visiteurs pourront découvrir et apprécier durant cette semaine. A découvrir en famille ou entre amis… sans modération. Entrée libre Rens : Service Culture Wimereux : 03.21.87.47.60 ]]>
<![CDATA[Bruno Leray - Peintures / Bruno Leray]]>http://www.20h59.com/evenement/bruno-leray-bruno-leray-peintures-galerie-deneulin-barraux-mai-2016,646449http://www.20h59.com/evenement/bruno-leray-bruno-leray-peintures-galerie-deneulin-barraux-mai-2016,646449Thu, 07 Jan 2016 11:17:52 +0100

Du 07/05/2016 au 04/06/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Galerie Deneulin - BARRAUX (38530)

« Vermeer est un peintre fin qui peint flou. Curieux. » Daniel Arasse Histoires de peintures A 18 ans, voulant « faire les Beaux-Arts », il a vu sa vie se jouer différemment. Il arrive à Grenoble en 1983 pour finalement devenir éducateur spécialisé. Parallèlement à son métier, il pratique le théâtre, la danse contemporaine, mais c’est la peinture qui s’impose dans les années 90. Au fil du temps, du travail, des rencontres, des expositions, la peinture grignote du terrain pour devenir son activité principale, à Chimilin, en Isère, où il installe son atelier. Depuis plusieurs années, son travail se concentre autour de la représentation de la figure humaine. Le « sujet », portrait, buste, ou tête imaginaire, agit comme un révélateur de ses impressions intimes, et, à travers elles, c’est l’image d’une humanité en quête de sens qu’il renvoie. Le miroir déforme, brouille les certitudes, instille un mystère au delà des apparences. « Impression atelier » (IA) fait référence à Monet : « Impression, soleil levant ». Sur le plan formel, les vitres anciennes à facettes de son atelier diffractent les contours et le corps du sujet comme autant de touches impressionnistes. La technique est là pour servir la recherche d’une expression singulière, surprenante, troublante même, et pour faire sens. Il est question de perception, de sensation, de mémoire, d’identité. Dans le processus de création, la photo, en amont, jette son trouble et offre des possibles qui seront validés par la peinture dans un long travail d’appropriation, une multitude de touches, de glacis, une recherche des valeurs chromatiques.]]>
<![CDATA[Peintures, costumes et décors d' opéra / Monica FAGAN]]>http://www.20h59.com/evenement/monica-fagan-peintures-costumes-et-decors-d-opera-espace-saint-jean-melun-avril-2016,652111http://www.20h59.com/evenement/monica-fagan-peintures-costumes-et-decors-d-opera-espace-saint-jean-melun-avril-2016,652111Thu, 03 Mar 2016 11:05:42 +0100

Du 02/04/2016 au 04/06/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Espace Saint-Jean - MELUN (77000)

Inauguration : samedi 2 avril à 18 h 30 - entrée libre - Monica Fagan peint depuis toujours. Son imagination riche et débordante s’appuie sur une solide technique à la fois fine et précise pour réaliser une peinture figurative et symbolique. Elle apprécie aujourd’hui l’aisance et la liberté que lui apporte la connaissance accomplie de ce savoir-faire et qui lui permet de poursuivre son chemin au-delà des sujets déjà visités pour évoluer encore vers de nouvelles découvertes techniques et picturales.Son œuvre est une étrange galerie onirique née dans son imaginaire. Ses personnages costumés évoluent dans une fabuleuse mise en scène, ébauche d’une fascinante comédie humaine. Ses tableaux sont souvent peuplés d’énigmatiques figures féminines sublimées dans un univers mystérieux. Ses dernières œuvres transcendent La Femme - de Grandes Femmes - réelles ou imaginaires. Sa série de « portraits sans visage » d’Héroïnes d’Opéras est ainsi inspirée du destin exceptionnel de femmes extraordinaires qui ont donné leur nom au titre des opéras dont elles sont le personnage principal : Norma, Tosca, Aïda, Salomé… L’opéra et la musique la passionnent et ont souvent inspiré son travail. Elle a été sollicitée par l’Association Al’Opera de Melun pour créer les décors et costumes de plusieurs opéras. Une trentaine de costumes imaginés et conçus pour ces œuvres lyriques ont été réalisés avec talent par des couturières de la région melunaise. Ils sont présentés dans cette exposition. Site de l’ artiste : http://www.monica-fagan.com/fr/index.html Informations complémentaires si besoin : Service accueil de l’ Espace Saint Jean 26 Place Saint Jean - 77000 MELUN tél. 01 64 52 10 95 mail : espacesaintjean@ville-melun.fr]]>
<![CDATA[Collection Jean-Louis Bernezat, Regard sur la peinture du 20e siècle / Pignon+Guerrier+Atlan+Schneider+Doucet+Charchoune+Cherkaoui+Leppien+Noël]]>http://www.20h59.com/evenement/pignon-guerrier-atlan-schneider-doucet-charchoune-cherkaoui-leppien-noel-collection-jean-louis-bernezat-regard-sur-la-peinture-du-20e-siecle-maison-ravier-morestel-mars-2016,650384http://www.20h59.com/evenement/pignon-guerrier-atlan-schneider-doucet-charchoune-cherkaoui-leppien-noel-collection-jean-louis-bernezat-regard-sur-la-peinture-du-20e-siecle-maison-ravier-morestel-mars-2016,650384Fri, 12 Feb 2016 17:16:20 +0100

Du 13/03/2016 au 05/06/2016

Tarif : NC | Billeterie : NC

Maison Ravier - MORESTEL (38510)

La Maison Ravier ouvre ses portes à la collection privée d’un amateur audacieux, établi en Isère. Commencée en 1994, avec l’artiste Mena Loopuyt, elle n’a cessé de s’enrichir : chaque toile qui la compose est un coup de cœur, parfois un coup de folie ! La dernière œuvre a été acquise en 2014. Cinquante ans de passion ! Cette présentation sélective, élaborée en étroite collaboration avec le propriétaire, réunit une soixantaine d’œuvres d’une quarantaine d’artistes, qui illustrent tout autant l’attrait du collectionneur pour des œuvres figuratives que pour des expressions picturales abstraites.]]>